Archives de catégorie : Articles

Contient contenant tous les articles de taticlara

– Petit traité de Transurfing, dans la langue de Shakespeare, s’il vous plait !

Depuis sept ans que j’ai la chance de transmettre le modèle Transurfing, j’ai évidemment continué mon parcours, fait bien des découvertes et vécu de belles expériences, en termes d’accomplissement de soi, de techniques de libération des émotions et autres outils/pratiques vers plus de conscience, venus garnir mes savoirs être et faire de coach, et affiner mon discours de formatrice. Ce qui reste étonnant pour moi, c’est à quel point Transurfing est un modèle qui reste à la pointe. A la fois si complet et si complètement ouvert, que beaucoup d’autres modèles/techniques/sagesses, y ramènent et permettent de mieux le pratiquer et le transmettre.

Lorsque vous maitrisez les principes de base de Transurfing – principes avec lesquels tout apprenti co-créateur dont l’intention est d’être conscient et responsable, n’aura pas de mal à être d’accord, en théorie tout le moins -, la vie devient rapidement facile : vous voilà déjà dégagé du sentiment de fatalité qui est la vérité de ceux qui croient que la réalité se passe « en dehors d’eux ». Cette étape de la responsabilité est déterminante, très difficle à franchir pour certains. Si je choisis de croire que le monde est mon miroir, c’est valable pour chaque jour de la semaine. Comprenant cela, je perdrai – de moins en moins à plus du tout – de mon énergie à batailler et chercher un coupable à l’extérieur de moi. Plutôt, je m’amuserai avec l’Observateur à voir/comprendre ce qui en moi, a été projeté dans toute réalité que je vis. Les grands Maîtres pour qui c’est complètement intégré, en viennent à remercier ceux qui les égratignent : merci mon ami de me donner la chance de voir quelque chose qui, en moi, bloque le flux de la vie. Ce faisant, tu me permets de l’observer, de le revivre consciemment et de le guérir.

Parmi ces principes à la base du modèle Transurfing, il y a celui de l’importance, qui se manifeste dans nos comportements et crée les potentiels en excès et leurs fâcheuses conséquences, lorsqu’une situation la titille, bafoue la valeur qui la motive ou au contraire potentiellement la flatte. L’importance c’est le principe clé, c’est elle qui rend visible (et donc modifiable, conscient) le conditionnement dont elle est le résultat. Vous voulez apprendre à diriger votre réalité comme Transurfing le propose, à vivre de nouvelles réalités, faites la chasse à l’importance, c’est super facile, vous faites mouche à tous les coups !?

Pour faire le lien avec ce cher William, voici un texte de lui (en gras Italique orange), dans lequel j’ai trouvé un esprit qui colle pas mal avec la pratique de Transurfing (si ce n’est un ton légèrement docte, dont Vadim Zeland nous fait grâce) :

« Je me sens toujours heureux, savez-vous pourquoi ?

Être toujours heureux – c’est-à-dire comme une disposition intérieure indépendante des circonstances extérieures – est la plus parfaite façon de transurfer. Être heureux d’un point de vue vibratoire (ou seulement émotionnellement stable) est la meilleure chose à être pour attirer toujours plus de raisons – situations, contextes, lignes de vie – de l’être !

Parce que je n’attends rien de personne ; attendre fait toujours mal.

Il y a dans l’attente quelque chose du demandeur, ne trouvez-vous pas ?

Les problèmes ne sont pas éternels, ils ont toujours une solution, la seule chose qui n’a pas de remède c’est la mort.

Un problème qui serait éternel ne serait certes pas un de ceux confiés à votre Observateur.

Ne permettez à personne de vous insulter, de vous humilier ou de diminuer votre estime de soi.

Se sentir insulté, humilié ou diminué dans son estime de soi est le résultat immédiat d’une blessure d’ego pas encore guérie, d’une part de soi qui commande (souvent inconsciemment vu qu’on n’est pas masos à priori) la projection d’elle sur l’écran de votre vie. L’Observateur est assertif, son estime de lui est bonne et son bien-être ne dépend pas de l’extérieur. Il voit et comprend la partie blessée qu’une situation réactive, mais ne la laisse plus diriger. Ainsi, être insulté, humilié ou diminué, si vous laissez glisser, ne parle que de l’autre, plus de vous.

Les cris sont l’instrument des lâches, ceux qui ne pensent pas.

J’ai plaisir ici à m’en référer à Marshall Rosenberg, le père de la Communication Non Violente qui dit ceci : « La colère est l’expression tragique et tardive d’un besoin non satisfait ou d’une valeur bafouée ». La colère, du point de vue de Transurfing, est un des potentiels en excès les plus énergivores. Besoin non satisfait, valeur bafouée, il s’agit bien des importances de l’esprit (mental/ego).

Quant à dire que ceux qui se mettent en colère sont des lâches et ne pensent pas, c’est sévère. Ils n’observent pas, je dirais, et sont inconscients peut-être de ce qui se joue en miroir dans la situation et que l’Observateur aurait sitôt fait de déceler, offrant, lui, une réponse adaptée et novatrice à la situation, afin qu’elle se débloque et évolue le plus favorablement possible.

Mais attention, je n’ai pas dit que dans la posture de l’Observateur on ne peut pas se mettre en colère. On le peut, et parfois on le doit, mais alors dans l’expression d’une colère saine : non violente, et dans la maîtrise de ses émotions. Le potentiel en excès se crée lorsqu’il y a débordement émotionnel, qu’on voit rouge et qu’on n’a plus le moindre recul.

Nous rencontrerons toujours des gens qui nous considèrent comme coupables de leurs problèmes, et chacun aura ce qu’il mérite. Nous devons être forts et ressusciter des chutes que la vie nous impose, pour nous rappeler qu’après le sombre tunnel, plein de sollicitude, de très bonnes choses viennent.

Le travail sur le potentiel en excès généré par l’importance interne de la culpabilité est un passage marquant dans les groupes d’intégration et de pratique Transurfing. On croyait que cette crasse ne servait strictement à rien d’autre qu’à faire souffrir, on découvre avec Transurfing, qu’alimenter le sentiment de culpabilité est un véritable poison vibratoire : il se projette dans des réalités où il y a encore, et encore, plus de raisons… de se culpabiliser.

Ressusciter des chutes que la vie nous impose ? Exactement, l’Observateur se relève, pas en attendant qu’on l’aide, pas avec la rage du guerrier, pas en râlant et en se victimisant comme le ferait l’offensé, il se relève, tout simplement, et se remet en marche, sans autre forme de procès, ni de drame. N’avons-nous pas appris à marcher comme cela !?

Avant de discuter… respirez. Très Observateur de bien respirer, d’être posé, de placer l’intention, d’attendre l’inspiration, détendu et certain qu’elle sera au rendez-vous.

Avant de parler… écoutez. L’Observateur écoute pour pouvoir répondre, l’Esprit réagit sans écouter.

Avant de critiquer… examinez-vous. Ce que j’apprécie avec Vadim Zeland, c’est qu’il n’y a pas dans Transurfing de jugement moral. Le jugement moral est l’allié de la culpabilité. Examinez-vous tout simplement, parce que ce que vous percevez du monde est qu’il est en miroir avec vous.

Avant d’écrire… pensez. L’Observateur est connecté à l’espace des variantes. Il prend le temps d’interroger ses perceptions avant de faire quoi que ce soit. Pourtant, il n’est pas à associer à une posture qui serait passive ou contemplative, au contraire. C’est un actif, qui voit de haut. En anglais, Transurfing l’appelle « the overseer »

Avant de faire mal… regardez. Dans la posture de l’Observateur, on accède aux attributs de notre plus grande conscience, de notre plus grande intelligence : celle de notre cerveau préfrontal. Présent, nuancé, relativiste, humoriste, assertif, doué de compassion, d’intuition et de beaucoup de créativité, ce cerveau relié à l’espace des variantes est celui qui nous permet de regarder les choses telles qu’elles sont, sans les prismes déformateurs de nos intelligences instinctives et conditionnées. Savoir regardez de cette façon qui englobe tout empêche-t-il de faire mal ? Oui, probablement très souvent. Regardez permet de comprendre et comprendre, c’est « prendre avec », c’est accueillir plus largement avec conscience ET ce que j’aime ET ce que j’aime moins… Pourtant il arrive aussi qu’on fasse mal au-delà de soi. Je veux dire que des personnes se fassent mal avec nous. Je me souviens d’une phrase que ma mère disait souvent : Le mal qu’on fait aux autres leur appartient, et leur permet de grandir. Souvent nous ne sommes, dans la vie des autres que des figurants participant d’une réalité qu’ils ont créée…

Au-delà de cela, la posture de l’Observateur fait tomber l’illusion de la séparation d’avec tout ce qui est. Comment faire consciemment du mal à quelqu’un, à un arbre ou même à une mouche… alors que je les perçois comme n’étant pas séparés de moi !?

Avant d’abandonner… essayez. Essayez vraiment ! Ce qui, du point de vue de l’intention de Transurfing, signifie avec détermination à agir et à recevoir. Rappelez-vous que le monde miroir a un effet retard, Essayer vraiment suppose aussi un engagement dans le temps. Avant d’abandonner, essayez un certain temps…

Avant de mourir…. VIVEZ ! Sur le fronton de temples grecs était écrit : Si tu veux connaitre le monde, connais-toi toi-même. » Mais il y avait aussi un deuxième axiome, que beaucoup de monde a ignoré : « Si tu veux te connaître, connais le monde ». C’est que Dieu en effet, a caché le secret du monde en l’Homme et le secret de l’Homme, dans le monde ! S’il y a lieu de « faire retour » en soi très régulièrement, c’est pour mieux retourner vers la matière et y participer concrètement. Dans d’autres traditions, il est bien dit : « Faites pour Dieu comme si vous deviez mourir demain et faites pour le monde comme si vous deviez vivre toujours ». Pourtant la vie est courte, dit encore Shakespeare dans d’autres versions de ce texte, aimez votre vie.

En ce, y compris les personnes autour de vous. La meilleure relation n’est pas celle d’une personne parfaite, mais celle dans laquelle chaque individu apprend à vivre avec les défauts de l’autre et admirant ses qualités. La perfection n’est pas de ce monde duel. Porter son attention sur ce qui est bon, c’est la coordination de l’intention : Vous vous permettez ainsi d’être aspiré dans une transition délibérée (consciente) vers des secteurs et des scénarios où vous attendent plus de bon, plus de beau. C’est le cercle vertueux, la vague du succès. Et c’est coooool !

Mais afin de préserver notre libre arbitre, cela fonctionne aussi dans l’autre sens : plus nous mettons le focus sur les défauts de quelqu’un, plus nous participons à les renforcer, pour reprendre l’exemple de la sphère relationnelle. C’est la descente aux enfers, le principe de transition induite pour Transurfing, qui s’applique à toutes les sphères de l’existence.

Celui qui ne valorise pas ce qu’il a, un jour il se plaindra de l’avoir perdu et celui qui souffrira un jour recevra ce qu’il mérite. Ne pas valoriser ce qu’on a, suppose de ne rien valoriser d’autre ou de vouloir valoriser ce qu’on n’aurait pas. Hum, voilà qui ne ressemble pas au chemin de facilité et peut occasionner la souffrance des remords/regrets. Quant à mériter une souffrance, Transurfing dirait plutôt en être respons-able (non pas coupable), comme d’ailleurs de toutes les réalités que nous vivons, dans la mesure où nous nous reflétons en elles.

Si vous voulez être heureux : rendez quelqu’un heureux ;

Une fois encore, Transurfing aborde cette question non pas d’un point de vue moral, mais d’un point de vue physique. Plutôt que de chercher à asservir les autres et la réalité, par des stratégies d’ego destinées à nourrir nos besoins, être dans le frailing (le point de vue de l’âme, via l’Observateur) permet de se sentir tellement assouvi qu’on peut donner, aimer inconditionnellement, sans calculer en permanence. Résultat : à ce bel alignement correspond une vibration telle que l’Univers, vous percevant comblé, vous donne plus encore de ce qui vous comble. Vadim Zeland l’exprime en ces termes : « Renoncez à l’intention d’obtenir, remplacez-la par l’intention de donner, et vous recevrez ce à quoi vous avez renoncé ». En d’autres mots, c’est la Loi du retour.

Si vous voulez recevoir : donnez un peu de vous-même, entourez-vous de bonne personnes et soyez l’un d’entre eux. Rappelez-vous, parfois quand vous vous y attendez le moins (parfois c.à.d souvent, puisque souvent vous n’attendez rien), il y aura ceux qui vous feront vivre de bonnes expériences !

Donner de soi, on en a déjà parlé. Ce qui est intéressant ici c’est l’idée de s’entourer de bonnes personnes. Qu’en dit Transurfing ? Pour Vadim Zeland, une mauvais assemblée ou une conversation qu’il faudrait quitter sans attendre (ou rester si on n’a pas le choix, mais sans alimenter l’énergie présente), est une réunion de personnes qui se plaignent, se victimisent ou font des commérages. Vous n’avez rien à gagner – et beaucoup d’énergie à perdre – dans ce genre de contextes. Simplement, évitez-les ou retirez-vous avant d’être « pollué », si vous ne vous sentez pas capable de rester présent et aligné, au-delà de ce qui s’échange. Vous saurez ce qui est juste pour vous, en vous connectant par vos perceptions corporelles aux messages d’alerte que vous enverra votre Observateur. Encore faut-il ne pas l’avoir laissé off…

Ne gâchez jamais votre présent pour un passé sans avenir.

Ah, l’attachement au passé ! Un des pires potentiels en excès, en positif comme en négatif d’ailleurs, car même s’il se rapporte à quelque chose ou à quelqu’un dont vous gardez un bon souvenir, il y a cette pointe de mélancolie/nostalgie/regret qui vous capte et vous emmène loin du présent où siège l’Observateur et où réside votre puissance. De là à continuer à s’investir, juste parce que ça fait longtemps que vous investissez, pour donner raison à cet investissement, alors que vous savez pertinemment parfois qu’une relation/situation restera stérile…

Une personne forte sait comment garder sa vie en ordre.

Je ne suis pas étonnée que la question de l’ordre vienne juste derrière l’attachement au passé. Le désordre en est une forme manifestée, que ce soit au propre comme au figuré. Vous voulez vivre de nouvelles réalités, débarrassez-vous de tout ce qui ne leur ressemblent pas. Du « bazar » chez soi, comme on dit chez nous, ça empêche la circulation et bloque l’arrivée du nouveau – pas de place. C’est pareil en ce qui concerne les gens, sauf que là, si vous le permettez, ce sera l’Univers qui fera naturellement le travail. Si des personnes avec qui vous ne vibrez plus à l’unisson semblent s’éloigner, laissez partir, laissez-les aller. Avec beaucoup de bienveillance dans votre cœur. Ce faisant vous créer de l’espace, espace que l’Univers remplira, tout naturellement, de personnes et contextes plus en accord avec une version à jour de vous-même.

Même avec des larmes dans les yeux, elle (la personne) s’adapte pour dire avec un sourire : « JE SUIS BON. »

Laissez couler vos larmes, laissez-les vous traverser, sans les réprimer mais sans trop vous prendre au sérieux non plus. Parfois oui, la vie est douloureuse. La souffrance quant à elle, est une douleur additionnelle, que l’être humain s’inflige par le jugement qu’elle porte sur la douleur. La souffrance du jugement est ce que l’ego/mental crée et dont il tire son importance. Il dit : « oh regarde comme j’ai mal, regarde comme c’est grave».

Donc c’est douloureux parfois la vie, ok. N’en rajoutez pas et rappelez-vous le principe de la coordination de l’intention et du monde miroir à effet retard : théoriquement ce que vous vivez aujourd’hui est le résultat de ce qui a été commandé hier. Par une souffrance que vous pourriez éviter et qui prolonge, amplifie la douleur, vous commandez pour demain, plus de douleur.

Je suis bon, me plait beaucoup, un micro mantra très porteur, qui contient une dose d’enthousiasme et de gratitude qui « donne à être ». Qui n’aime pas être bon ? N’est-ce pas ce que nous sommes tous, en notre essence, en notre divin potentiel ? N’est-ce pas ce qui nous comble et nourrit profondément notre âme, au-delà de tout ? Parfois, simplement sourire peut nous ramener à cet état de bon-heur.

Dieu, je suis bon.

Je suis, bon Dieu. Nous sommes bons dieux

Sacrés co-créateurs, transurfeurs et futurs transurfeurs, souvenez-vous que vous êtes dans mon cœur – et que ce lien est toujours très vivant en moi, au moment de vous écrire.

Si le stage d’intégration et de pratique Transurfing est presque toujours inoubliable pour chacun des stagiaires, sachez que je reste empreinte moi aussi, de chacun et de chacune d’entre vous et que vos dépassements, réalisations et très belle humanité, m’inspirent toujours !

Vous avez envie qu’on (re)passe quelques jours déterminants de pratique, ensemble, dans un pur endroit, un séjour d’été rien que pour vous, pour repositionner les choses, vous laissez inspirer, vous ressourcer, guérir d’un passé sans avenir, expérimenter une nouvelle façon d’être au monde pour vous donner les moyens de transformer votre vie librement, légèrement, et d’augmenter irréversiblement votre capacité à être heureux et à attirer à vous des réalités qui vous comblent ? Alors…

PARTICIPEZ à l’UNIVERSITE d’ÉTÉ TRANSURFING 2018 – C’est un stage résidentiel unique et exceptionnel, pour faire l’expérience que vous l’êtes tout autant, et que votre potentiel est infini !

Plusieurs coachs et experts à votre disposition, des ateliers pluridisciplinaires, une pédagogie, et des processus dynamiques puissants.

>> ici Université d’été Transurfing 2018 : les détails

Merci de m’avoir lue ou écoutée, mes plus belles énergies vous accompagnent dans un été que je vous souhaite resplendissant !

Votre estivale,

Tati Clara

Inscrivez vous en page d’accueil pour recevoir en priorité les parutions d’article et propositions d’activités.

– Université d’été Transurfing 2018, joindre l’utile à l’agréable

L’adoption du modèle Transurfing, s’inscrivant dans vision quantique du monde, nous mène à une pratique et des comportements dans notre quotidien qui ressemblent en bien des points à la pratique du zen. On nous y apprend que c’est de l’attachement que provient la souffrance, et que seul le détachement d’avec nos schémas et nos conditionnements – qui génèrent les fameuses « importances » de Transurfing, peut nous libérer. Le chemin du zen, par la libération de la souffrance et des comportements/décisions qui en résultent, est, tout comme Transurfing, la promesse d’un chemin de facilité.

Il est bon de rappeler ici que rares sont ceux qui obtiennent un éveil fulgurant, se retrouvant, sans transition, bien campé dans la posture de l’Observateur, sans retour possible dans une compréhension des choses à un niveau de conscience inférieure. Pour la plupart d’entre nous, l’éveil est progressif, c’est bien le propre d’une pratique. Il ne suffit pas de comprendre comment ça marche, même si c’est une étape. Il s’agit de mettre en pratique, d’intégrer cette nouvelle disposition au monde, afin qu’elle devienne de plus en plus expérience concrète dans la matière, vous permettant de l’incarner. Point de virtuose – ou tellement peu – sans gammes.

Pour revenir à ce chemin de facilité, à ce sentiment de fluidité (le flow) voyons à quoi ce « voyager léger » peut tenir.

Il y a quelques jours j’avais à la fois très envie d’écrire pour moi, pour m’amuser, mais aussi de vous écrire, pour communiquer autour de l’université d’été 2018 en Bourgogne. Bloquée tant que je voyais ces deux projets d’écriture comme étant différents – ce qui m’obligeait à choisir un des deux et à renoncer à l’autre dans l’immédiat-, je me suis arrêtée.

J’ai pris un temps pour observer le débat intérieur et les importances/valeurs/besoins en jeu. J’avais quitté l’arène, je n’étais plus identifiée tantôt à la part qui réclamait du professionnalisme, de la rigueur, du « bien faire », tantôt à celle qui avait besoin de se relaxer, de jouer, d’être libre. De là-haut j’observais les deux voix, qui s’opposant, inhibaient l’action. Hé oui, c’est que le temps passe, ma brave dame ! De là-haut, et ayant écouté attentivement les priorités qui se disputaient la une en moi, j’ai tout simplement vu une nouvelle possibilité : plutôt que l’un ou l’autre, j’allais mettre mon esprit dans l’intention et au double défi d’écrire une communication certes, mais de façon impérativement ludique et créative. Je verrais bien ce qui en sortirait.

Conclusion : voici le texte en acrostiche que j’ai pondu ce jour là, en mode flow.Tout le monde était content, quelle belle collaboration. « On » a fait ça en moins de temps que celui passé en vains débats intérieurs…

 

 

>> ICI le Flyer Université d’été Transurfing 2018 avec toutes les informations

A votre disposition pour toute question, je vous dis à bientôt et merci de m’avoir lue. Prenez grand soin de vos besoins d’ici là, et de temps à autre, quand ça bloque, allez visiter votre Observateur en haut de la tour de contrôle, il aura toujours une solution créative et écologique à vous proposer ! La vie n’est pas censée être difficile.

Merci de nous offrir en partage dans les commentaires, votre dernière expérience de flow à vous !?

Votre entière,

Tati Clara

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Université d’été Transurfing 2018 : Bienvenue en Bourgogne !

D’ici trois petits mois, l’été battra son plein et l’université d’été Transurfing rouvrira ses portes à un nouveau groupe, pour une aventure de développement personnel unique en son genre, en Bourgogne, du samedi 21 juillet (18h) au mardi 31 juillet (11h)

> ICI le Flyer Université d’été Transurfing 2018 avec toutes les informations

Un nouveau groupe !? Qui seront-ils parmi vous peut-être qui me lisez en ce moment, à travailler dans cette belle salle, à pratiquer dans ce beau parc, à s’embarquer dans cette aventure à haut pouvoir transformateur, je suis bien impatiente de vous rencontrer. A chaque édition le lieu change, les formateurs changent, le programme change et moi qui suis l’instigatrice de ce stage d’été résidentiel et pluridisciplinaire, j’y suis toujours bien évidemment, mais changée moi aussi, polie par le courant de la vie, enrichie de compréhensions, de nouvelles questions, de lectures, d’expériences et de rencontres, à vous partager.

Cet article est le premier d’une petite série où je prendrai le temps de vous présenter plus en détail l’équipe ainsi que le programme de cette édition 2018 au ressourçant Echo-Source des Sept lieues au Moulin de la Forge à Griselles, où nous aurons la chance de résider. C’est un véritable écrin bordé par une rivière, à deux bonnes heures de voiture au sud est de Paris.

En ce qui concerne l’esprit de l’édition 2018, le mot intimiste me semble le plus approprié. Certes, il y aura de l’intensité – résidentiel et processus transformateurs obligent – cependant, le programme cette année sera légèrement plus soft : de quoi pouvoir mieux profiter des lieux, de la saison, et d’avoir de l’espace temps pour laisser jaillir ce qui sera propre au groupe, dans la spontanéité de l’instant.

Nous serons trois formateurs coachs et experts principaux pour vous accompagner dans les ateliers (et probablement un coach formateur assistant, en fonction de la taille du groupe), alors que nous mettrons plusieurs soirées à profit pour rencontrer d’autres intervenants pour des causeries interactives, toujours en lien bien évidemment avec Transurfing et des pratiques/courants qui favorisent la posture de l’Observateur.

Dans le prochain article à paraître – inscrivez-vous sur la page d’accueil pour le recevoir directement – je vous présenterai mes complices pour cette sixième édition de l’université d’été Transurfing et vous en dirai plus sur le programme du séjour que je me réjouis une fois de plus d’orchestrer pour vous. Ceci dit, l’effet surprise est une force dont on se servira, c’est donc à dessein que le programme détaillé du trajet d’été est unique à chaque fois et n’est jamais connu à l’avance.

Merci de m’avoir lue et à très bientôt. Contactez-moi et prenez option sans tarder, je répondrai avec plaisir à vos questions. Visitez l’onglet >> Témoignages et le site du >> Centre Transurfing francophone, pour découvrir comment d’autres femmes et d’autres hommes, avant vous, ont vécu leur trajet d’intégration et de pratique au sein de précédents groupes.

Votre dévouée et très printanière (dans la série bruxelloise « je vibre le printemps pour faire arriver le printemps »… )

Tati Clara

Bienvenue à l’Université d’été Transurfing 2018 en Bourgogne !

– Trouver le moyen de neutraliser le stress : un enjeu majeur

Est-il nécessaire de vous démontrer qu’à notre époque nous avons tous à négocier avec le stress ? Si celui-ci est hautement délétère pour la santé physique, il l’est tout autant pour la clarté mentale, limitant nos aptitudes à répondre à la vie et à créer les réalités auxquelles nous aspirons. Du point de vue de Transurfing, modèle comportemental du physicien quantique Vadim Zeland, la manifestation du stress est l’expression du désalignement qui se produit lorsque, de l’Observateur – posture éclairée – nous glissons en mode guerrier, offensé ou demandeur, en réaction à une situation qui nous confronte : besoins non assouvis, valeurs bafouées, voilà l’importance qui montre son nez et s’exprime dans le corps par la gorge nouée, le plexus serré, le ventre ou les poings serrés, la voix qui s’effiloche… Trouver les moyens de neutraliser le stress est un enjeu majeur pour tout apprenti créateur de réalité.

Je suis frappée de ce que quasiment une offre d’emploi sur deux aujourd’hui, parle de résistance au stress comme compétence requise. Vouloir résister au stress n’est pas comprendre sa véritable nature, comme nous allons le voir. En outre, cette stratégie ne fait que le renforcer, selon la maxime bien connue.

A part un des principaux maux du siècle, le stress qu’est-ce que c’est ?

Du point de vue du corps, un véritable poison, je ne vous apprends rien. Cortisol dans le rouge, vos jolies petites cellules s’oxydent à vive allure. Vous voilà intoxiqué et plus que jamais exposé et rendu peu capable de résister aux inflammations et autres agressions. Y résister, dans le cadre d’une lecture Transurfing, équivaut également à ignorer le message qu’il nous envoie. Rien en soi n’est réellement stressant, exception faite des situations où il y a danger pour l’intégrité physique. Je répète, d’un point de vue absolu, rien en soi n’est stressant. Ce qui vous stress Vous, peut tout à fait bien laisser quelqu’un d’autre totalement de marbre. La solution, dès lors, ne peut-être qu’intérieure, le stress étant le signal d’un dysfonctionnement cognitif.

Vous roulez, un automobiliste pressé manque de vous emboutir par la droite, ignorant votre priorité, vous pilez net : instantanément vous pouvez ressentir son effet, vous êtes stressé et tous vos systèmes sont en alerte, vous permettant de réagir le plus adéquatement possible à ce qui se passe, par des réflexes biologiques et chimiques qui vous donnent toutes les chances de sauver votre peau (fuite, lutte ou inhibition). Mais que dire de votre machine qui s’emballe complètement alors que la seule chose qui se passe est que cette pétasse de secrétaire (pétasse existe-t-il au masculin ?) n’a fait qu’ignorer votre requête, par un léger et quasi imperceptible haussement d’épaule, bousillant votre belle humeur et générant en vous une colère parfois longue à maîtriser. A moins que ce ne soit la discrète et néanmoins caustique remarque de votre mère (belle ou pas) l’autre jour, ayant critiqué ouvertement votre chemise ou votre nouvelle coiffure, alors que vous arriviez à peine, et que vous avez remâché toute la soirée ? Vous en voulez d’autres ? Chez certains, le stress est devenu permanent ou parfois lié à des paramètres beaucoup plus subtils qu’il n’est pas toujours facile d’identifier.

Le cerveau reptilien, complètement instinctif en tant que garant de la survie individuelle, est en lien étroit avec le cerveau conditionné. Au fil du temps et de l’évolution de l’humanité, il y a eu de moins en moins de situations où notre survie était en danger immédiat. Le reptilien de nos jours prend alors le relais et nous informe aussi en temps réel de ce qui est perçu comme un danger au niveau psychique.

Y résister est aussi stupide que de constater qu’un des voyants rouge s’allume sur votre tableau de bord et de décider de continuer à rouler, les yeux rivés dessus et en râlant.

Dans le modèle Transurfing, qui nous apprend – entre autres -, à bien nous connaître et à nous aimer tel que nous sommes, on exerce ce rapport au ressenti, utilisé par l’Observateur comme un précieux outil de conscience, de guidage et de réalignement. La réalité ne se passe en dehors de nous que jusqu’à ce que nous y croyions. Le stress est un message qui informe l’Observateur qu’il y a en soi un filtre que la situation vécue réactive, et que ce filtre, limitant la perception, fausse l’évaluation qui en sera faite et annihile notre merveilleuse capacité à répondre avec créativité en appelant plutôt à une réaction, le plus souvent impulsive et prévisible et dont les conséquences sont tristement répétitives.

Résister au stress est la chose la plus stupide qui se puisse concevoir, détériore votre santé et fait de vous une bombe, au mieux à retardement. Lorsque le stress est venu jusque dans le corps, pour veiller à notre bien-être physique, c’est par le corps qu’il faut tenter de le résoudre, nous dit Vadim Zeland. Respirer, tapoter, boire de l’eau, marcher, méditer, faire un petit rituel tipi, regarder le ciel, chanter, rire, bailler, caresser son chat (d’accord il n’est pas au bureau), dessiner, faire une visualisation positive, écouter de la musique, des fréquences bénéfiques, prendre quelques gouttes de rescue ou autre remède naturel… Ce ne sont pas les solutions qui manquent ! Encore faut-il avoir conscience de ce qui se passe et vouloir redescendre, ce dont le mental/ego qui se gargarise de ses offenses, ne fait pas volontiers.

Et en ce qui concerne veiller à nos circonstances et à nos relations, le stress est extrêmement utile pour interroger la situation en relation à soi, selon le principe du monde miroir : en quoi suis-je personnellement interpellé, qu’est-ce que cette situation dit de moi, de mes valeurs, de mes croyances, de mes présupposés, de mes attentes, de mes jugements, de mes filtres, de mon mental/ego,… Dit en termes Transurfing : en quoi ce que je vis qui m’apparait difficile parle de mes importances ?

Ce retournement du doigt accusateur qui précède la réactivité (et tous les désagréments et situations récurrentes qui en sont la conséquence) en un doigt redirigé vers soi, est le chemin vers la responsabilité, vers l’habilité à répondre et à créer tout le nouveau auquel nous aspirons dans nos vies et dans nos relations, réponse créative dont seule est capable notre intelligence préfrontale.

Voilà le travail sur soi auquel nous invite Transurfing. C’est un magnifique et progressif travail de conscience, de responsabilité et de liberté, que la joie, légèreté et une véritable prise sur la réalité accompagnent. Intégrer et expérimenter ces principes et techniques est non seulement puissant, mais super dynamique et inspirant en groupe. Si cela vous appelle, contactez-moi. Un nouveau groupe démarre à Ittre en Brabant wallon ce weekend. Au moment de vous écrire ce matin, il reste encore deux places dans ce groupe. Je réponds bien volontiers à vos questions.

>> ICI Stage intégration et pratique Trnasurfinng 13 et 14 janvier 2018

Prenez le train et sitôt reconnus et identifiés les raisons intérieures de vos stress, vous apprendrez facilement comment leur dire bye bye !

A la clé, la fluidité, ce chemin de facilité qui vous ira si bien.

En vous remerciant de m’avoir lue et au plaisir de lire vos commentaires : c’est quoi votre truc à vous, pour faire baisser le stress ?

Votre relax et néanmoins dévouée,

Tati Clara

ps : inscrivez-vous dans la colonne de droite, si vous souhaitez être tenu informé de mes parutions d’articles et propositions d’activités.

– 2018 : une année dans l’énergie du 2, saurez-vous danser avec « les autres » ?

Ce à quoi vous avez donné naissance en 2017, première année d’un nouveau cycle (et jusque fin mars encore dans la même énergie d’ensemencement au niveau individuel) va devoir être materné, chouchouté en 2018 pour prendre forme dans la matière, en co-construction avec « les autres » cette fois, dans l’énergie propre à une année 2, seconde du cycle de neuf ans commencé l’an dernier.

Dans l’article que vous pouvez lire >> ICI, paru hier sur le site psycho-bien-être.be, je vous parle de l’énergie particulière de cette année « 2 » dont une des caractéristiques est aussi d’être fortement polarisée, afin que vous abordiez les choses qui vous seront données à vivre, avec toute la patience, la diplomatie et les autres talents requis pour composer avec l’altérité et la dualité et surfer sur cette vague à haut potentiel, avec fluidité et sans vous faire malmener/débarquer !

Un Observateur bien en place, profitant de tous les attributs de l’intelligence préfrontale, fera cette année une grande différence ! 2018 s’annonce comme étant une année où le modèle Transurfing prend plus son sens que jamais, nous offrant toutes les clés pour grandir encore en conscience et nous accomplir, forts des merveilleuses dispositions de l’Observateur et de ses compétences préfrontales.

Pour rappel, un groupe d’intégration et de pratique Transurfing démarre un trajet en 4 modules le weekend prochain, 13 et 14 janvier, à Ittre (Brabant wallon, à 5 min de la sortie Ittre, sur le ring Ouest de Bruxelles). A ce jour, il reste encore la possibilité de s’y inscrire.

>> ICI Stage Transurfing Ittre, toutes les informations

Au grand plaisir de répondre à vos questions et de vous accompagner peut-être dans cette aventure/expérience, à haut potentiel elle aussi – afin d’acquérir les outils, les compréhensions et de vivre des expériences vous permettant de diriger mieux votre barque, dans l’alignement avec les aspirations profondes de votre âme.

Merci de m’avoir lue, je vous dis à tout bientôt !

votre dévouée et bientôt printanière,

Tati Clara