– 3 clés pour être ZEN avec TRANSURFING

Cet article participe à l’évènement « 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien » du blog Habitudes Zen.

Je découvre sur ce  blog un bon article, qui porte le séduisant titre : « Comment se foutre complètement de ce que les gens pensent de vous ? » Voilà qui est bien intéressant pour les transurfeurs et autres apprentis créateurs de réalités, qui me lisent.

Du point de vue de Transurfing – le modèle quantique de réalisation individuelle de Vadim Zeland qui nous apprend comment diriger notre réalité en connaissance des lois de l’Univers – se foutre de quelque chose équivaut à avoir une importance proche de zéro. Se foutre royalement de quelque chose irait encore mieux à la philosophie de Transurfing. Lorsqu’on parvient à faire baisser ses importances, on y gagne sur tous les plans :

  • Notre récupérons et concentrons notre énergie au service de la création de nos réalités
  • Nos tensions corporelles disparaissent
  • Notre état émotionnel se stabilise
  • Notre pensée se recentre
  • Notre intention et notre motivation se manifestent

 

Conclusion : Parce que l’importance est l’expression d’une résistance, lorsque nous sommes sans importance, nous sommes zen, notre niveau vibratoire augmente, nous voilà aimant et attractif, dans tous les sens du terme !

Quant au contraire, on se fait du mouron, quand on se sent frustré, offensé, agressif, angoissé, mal à l’aise, déprimé, autrement dit de pas zen à pas zen du tout, du point de vue de Transurfing, c’est qu’il y a de l’importance. Une évaluation distortionnée de la perception de la réalité. Ce sont alors nos filtres, nos schémas mentaux, nos peurs, nos habitudes… qui nous dirigent. Ce chemin est pénible, peu efficace, tristement répétitif, nous subissons la vie. Par contre, dès que nous basculons dans la posture de l’Observateur, nous prenons de la hauteur sur notre conditionnement. Nous percevons le schéma, nous l’observons et par là-même prenons le pouvoir sur lui, nous autorisant à créer une autre réalité, impulsée par la fameuse réponse créative préfrontale, nettement plus adaptée à la situation.

Dans son article, Olivier Roland nous donne l’excellent conseil d’ « Arrêtez radicalement de vouloir plaire à tout le monde ! ».

Je veux faire ici un clin d’œil à Caroline, une de mes stagiaires qui se reconnaîtra. J’ai retenu d’elle cette phrase magique qui lui a permis de basculer totalement dans son Observateur, lâchant ses importances, dans une situation de stage où elle se sentait rejetée : « Même Jésus n’a pas fait l’unanimité… ! » a-t-elle fini par me dire en se marrant.

Vouloir plaire à tout le monde est en effet purement déraisonnable – au sens propre du terme – et est la manifestation d’importances inhérentes à notre passé, à nos blessures…

« Autorise-toi à être toi-même et autorise les autres à être qui ils sont ». Vadim Zeland

Comme Olivier Roland, qui dit ne fonctionnez pas à la chaîne, ne copiez pas des normes déjà bien définies, Transurfing nous apprend à exercer notre libre arbitre par l’Observateur, et à nous dédouaner des balanciers qui nous imposent leurs règles et cherchent à nous pomper notre force vitale en provoquant nos émotions. S’autoriser à être qui on est vraiment et les autres qui ils sont est un enjeu majeur : Le ressenti d’être ZEN accompagne forcément cet état de non résistance à ce qui est.

Quant à la troisième clé proposée par Olivier Roland « Créez une liste concise de valeurs qui vous permette de vous concentrer sur l’essentiel », elle parle bien évidemment, du point de vue de Transurfing, de placer l’intention, d’être intentionnel. Si vous ne fixez pas d’objectif, de but bien défini et que vous n’êtes pas déterminés et prêts à les recevoir, vous allez flotter, subir la réalité, passer à côté de la réalisation de votre plus grand vous-même et de vos plus belles réalités. L’intention est une décision irrévocable. Une tension intérieure vers quelque chose, qui se traduit en actions.

Si par contre, vous vous exercez à passer les commandes à votre Observateur, vous expérimenterez la création en conscience des réalités auxquelles aspire votre âme. Dans ce mode de vie-la, chercher à être zen est une question qui ne se pose même plus.

En résumé, si vous voulez être zen au quotidien :

  • Arrangez-vous pour faire baisser vos importances.
  • Autorisez-vous à être qui vous êtes vraiment et laissez les autres êtres qui ils sont.
  • Occupez-vous de vos affaires, soyez intentionnel et actifs, en ce compris l’ouverture et la certitude de recevoir. Les petits coups de pousse de l’Univers, ça existe, quand on est aligné et intentionnel : en Transurfing ça s’appelle l’Intention Externe. Et hop, c’est l’Univers qui vient vers vous et déroule sous vos pieds un tapis rouge, vous facilitant l’accès à vos buts.

Ça se travaille, patience !

Merci de m’avoir lue, prenez grand soin de votre bien-être et de vos rêves !

Votre zen,

Tati Clara

 

4 réflexions au sujet de « – 3 clés pour être ZEN avec TRANSURFING »

  1. Anonyme

    C’est toujours un plaisir de lire ces articles pleins de bon sens, qui m’encouragent et me permettent de prendre du recul sur les importances…et d’apporter plus de légèreté dans mon quotidien.
    Du coup avoir un objectif n’a plus beaucoup de sens pour moi, c’est un problème !!…c’est peu être parce que je n’ai jamais trouvé la bonne porte dans l’espace des variantes ??
    Encore merci et ce sera toujours un grand plaisir de vous lire !! Bien chaleureusement.
    Romuald.

    Répondre
    1. Claire van Gheluwe Auteur de l’article

      Merci cher Romuald de votre retour, écrire pour vous reste toujours un grand plaisir aussi !
      Bravo pour manifester plus de légèreté dans votre vie. Je comprends que cet état de bien être dans le présent est déjà merveilleux et suffisant en soi. Si vous n’avez pas de but, peut-être est-ce que, tout simplement, vous aimez votre vie telle qu’elle est ?
      Placer un but et clarifier ce que l’on veut est essentiel lorsqu’on n’aime pas sa vie, qu’elle nous ennuie, ne nous donne pas envie de nous lever le matin, n’apporte pas de sens et de satisfaction. Qu’aimeriez-vous trouver derrière cette porte, le savez-vous ?
      Bien chaleureusement à vous Romuald, à bientôt.

      Répondre
  2. Richard

    Chère Claire, merci pour ce rappel dont je mesure la justesse à un moment ou je suis tombé dans le piège de l’importance avec les événements que nous venons de traverser. L’histoire des « gilets jaunes » a mobilisé mon énergie pendant plusieurs jours.
    Je me suis senti inquiet, en colère, révolté, triste que des citoyens puissent se mobiliser contre d’autres citoyens, le terme de guerre civile a tourné dans ma tête et je me suis vu éplucher les reportages d’informations sur l’événement. Comment ne pas tomber dans l’importance et ne pas être indifférent? J’ai du mal à « m’en foutre royalement ». Samedi j’avais un avion à prendre je suis parti avec quatre heure d’avance, j’ai vu mon fonctionnement, j’ai répété dans ma tête les scénarios à jouer en cas de rencontre d’un barrage…. j’aurais mentis, raconté n’importe quoi pour passer.
    En écrivant ces mots je réalise qu’une réponse possible est l’humour, bien sûr, rencontrer un barrage et jouer, sans enjeu, sans accorder la moindre importance à l’agitation avec juste l’intention fermement orientée vers mon but : assister à mon workshop.
    Avant de partir, je me suis installé dans l’espace de calme que je peux parfois trouver en moi, et j’ai déclaré ma confiance dans la providence , et finalement je n’ai pas croisé un seul gilet jaune 😉
    Je n’en veux pas à ces personnes et je les remercient même car au bout du compte elles m’ont fait faire un beau travail de conscience mais je suis triste pour tous les incidents parfois graves qu’il y a eu.
    Richard

    Répondre
    1. Claire van Gheluwe Auteur de l’article

      Bonsoir Richard, merci pour ton message. On comprend bien l’évidente stressabilité de ce genre de situation d’urgence, d’autant plus qu’elle implique les populations. J’en profite pour joindre mes bonnes pensées aux tiennes, afin que cette vague évolue vers la meilleure des variantes possibles.
      J’ai trouvé formidable qu’en écrivant ce qui te préoccupait tu en viennes naturellement à la prise de recul, à l’humour, au jeu, et au centrage que tu t’es offert avant de partir.
      Voilà qui parle d’un Observateur bien présent.
      Rappelle toi : l’être humain est un être d’importances, nous en avons tous à la pelle.
      Le but n’est pas de ne plus en avoir, le but est de leur consacrer le moins de temps/énergie, c’est à dire d’être suffisamment conscient de ce qui se joue – ce que tu as fait – et de laisser l’Observateur prendre la direction de la suite des opérations. Bravo.
      En espérant que tu vas bien. Peut-être à bientôt le plaisir de te croiser dans l’espace des variantes, et peut-être pour le module 5 ?
      Le stage pilote se fera en Ardèche, au Domaine du Taillé du 29 mai (18h) au 2 juin (17h). Je communiquerai prochainement à ce sujet.
      A bientôt Richard, porte toi bien ! Avec toute mon affection,

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.