Manifester l’amour, chacun son style !

Vous préférez m’écouter ? Voici l’audio de cet article :

 

Il y a peu, je vous présentais mes bons vœux pour cette année 2021, mettant l’accent sur l’amour que je nous invite à faire trôner en priorité dans notre vie cette année, parce qu’il n’y peut-être bien que ça de vraiment important, mais aussi, parce que la période le demande, dans la série « faire contre mauvaise fortune bon cœur »… Je vous annonçais une série d’articles sur l’Amour, aujourd’hui, actualité oblige, c’est d’amour amoureux que je vais vous parler. Plus précisément de communication amoureuse, et des clés de compréhension et d’action de ce vecteur essentiel dans les relations affectives, que nous propose Gary Chapman, auteur des « Cinq langages de l’amour. »

Aimer plus, aimer mieux, oui, mais comment aime-t-on ?
Manifestons-nous chacun l’amour de façon identique ? Bien évidemment, non, ce ne serait pas du jeu dans la passionnante expérience humaine que nous vivons et dont la caractéristique principale est la dualité. L’altérité en découle. En tant qu’être socio-affectifs, nous sommes tous  forcément exposés à l’altérité, à la différence, et en nécessité de « gérer » nos relations avec «les autres ».
Si ce que l’on nomme « la relation » est un concept, la communication entre deux personnes en est la manifestation concrète, le lieu et l’espace où la relation prend véritablement corps. D’où la question « Comment je communique mon amour à ceux, celui, celle que j’aime ?» est plus réaliste et féconde, si on cherche à mieux/plus aimer, que la question plus abstraite « Comment j’aime ? ».


Et « l’autre » (le parent, l’enfant, l’ami-e, l’amoureux-se) ? Comment communique-t-il-elle son amour ? Le fait-il-elle forcément de la même façon que moi ? Sommes nous, à ce sujet, sur la même longueur d’ondes ? Autrement dit, ai-je affaire à un même genre de bestiole d’amour que moi ? Bien qu’il soit profitable d’interroger notre communication dans toutes nos interactions sociales, il s’agit plus dans cet article de nos échanges avec nos proches, ceux avec lesquels il y a un enjeu affectif, et plus particulièrement en ce Valentine Day, avec l’élu-e actuel-le de notre cœur.

Pendant de longues années Gary Chapman s’est posé ces questions basiques et nous a pondu un modèle dont la simplicité n’a d’égale que la puissance et l’efficacité. Il a répertorié 5 façons d’aimer et défini une typologie de 5 profils langagiers, qu’il a nommés en termes de communication : « Les 5 langages de l’amour, les actes qui disent Je t’aime » Conseiller conjugal de grande expérience, il a accompagné des centaines de couple dans sa carrière, les guidant vers un amour plus raisonné, volontaire, et surtout d’après ses observations, plus à même de durer et de permettre un plein développement de la relation et de chacun des partenaires individuellement.

D’une façon ou d’une autre, dit Chapman, dans la relation, l’être humain cherche, et a besoin, de pouvoir « remplir son réservoir d’amour ». Nous retirons ainsi de nos relations (et pas que de celles de couple) la substance affective nécessaire à notre bon équilibre et pouvons nous épanouir et donner dans notre vie, le meilleur de nous même. C’est là selon lui le secret des couples et des interactions heureuses, il faut que chacun puisse y trouver son compte. Ceux qui disaient s’aimer et se retrouvent quelques années plus tard sur le carreau, n’auraient tout simplement pas trouvé, selon lui, les moyens de remplir mutuellement leur réservoir.

Bien évidemment, si chacun-e, nous nous reconnaîtrons dans plusieurs, voire dans toutes les catégories, nous pourrons néanmoins facilement les hiérarchiser de 1 à 5 et vérifier qu’en effet, nous avons bien un ou deux canaux préférentiels pour manifester et recevoir de l’amour de nos aimé-es. Il existe sur le net des tests pour les identifier, mais je vous invite davantage à écouter le livre audio de Gary Chapman, dont vous trouverez le lien plus bas.

Ainsi comme j’aime, j’aime aussi être aimé-e ?
Sans conscience de soi – de sa propre façon de donner et de recevoir de l’amour – sur la façon dont on communique et transmet son amour mais aussi bien entendu, sur ce que l’on attend de l’amour, quels sont les types de gestes d’amour qu’on espère recevoir – on expose la relation à toutes sortes de malentendus et de frustrations. Si, souvent, le(s) langage(s) qui nous sont familiers pour donner et recevoir de l’amour, sont les mêmes, 25% d’entre nous ne seraient toutefois pas dans ce cas et parleraient des langages différents selon qu’ils veulent exprimer ou qu’ils reçoivent de l’amour.

Mais puisqu’il nous faut progresser, nous développer encore et encore, loin de moi l’idée de nous enfermer dans des catégories. La prise de conscience de l’existence de ces différents canaux de communication et l’identification pour soi, et pour ceux avec qui nous sommes en relation d’amour, du ou des langages préférentiels, ne serait rien sans que cela ne nous serve à nous ouvrir aux autres langages. Pour augmenter notre intelligence relationnelle et apporter plus de joie et de qualité de partage dans nos interactions, nous avons intérêt à pratiquer/expérimenter notre propre langage de l’amour, mais enrichi de plus de tonalités. Dire l’amour avec plus de nuances, mais aussi entendre l’amour avec une perception élargie. Ce faisant, nous serons plus à même de rejoindre « l’autre » sur son terrain, de lui dire je t’aime avec ses mots, avec ses codes, selon ses modalités, et d’entendre qu’il nous parle d’amour, quand bien même nous ne comprenons pas très bien la langue qu’il privilégie. Elargissons notre palette. Comme lorsque nous partons en voyage dans d’autres pays, apprenons les rudiments des langues qui nous sont étrangères, ces quelques mots qui permettent de se rencontrer. Laissons-nous aller au plaisir de devenir multilingues, apprenons à baragouiner, ne fût-ce qu’un peu, dans ces différents patois de l’Amour.

« Les paroles valorisantes »
Dans la sphère relationnelle, certains d’entre nous privilégient la communication de l’amour par le verbe, ils ressentent le besoin d’exprimer les choses, de les formuler avec des mots. Plus encore, il s’agit pour ceux que les paroles valorisantes ou encourageantes boostent, d’un besoin de reconnaissance, de validation ou simplement de résonance. Les mots d’appréciations et les compliments verbaux sont de puissants communicateurs d’Amour.

Quant au pourquoi du comment chacun-e a son propre style langagier en amour, on en trouvera bien évidemment les causes dans l’enfance, mais la question n’est pas le propos de cet article. Dans l’esprit de coaching – et de Transurfing – nous partons d’ici et maintenant, forts de la croyance que si nous sommes déterminés par un passé, nous pouvons fort bien, par la conscience, dépasser nos conditionnements et nous ouvrir à vivre des expériences nouvelles de façon intentionnelle. Ainsi, le style de nos actes pour dire je t’aime et des actes qui nous font nous sentir aimé-e-s, s’il est effectivement en lien avec des schémas hérités du passé, peut évoluer.

« Les moments de qualité »
Profiter oui, mais ensemble. Partager des temps de qualité, l’un avec l’autre, pas seulement l’un à côté de l’autre. L’idée est simple et peut sembler légitime, pourtant certains duos s’y prennent la tête : l’un s’esquinte au travail – très « services rendus » il aime son-sa partenaire et le lui montre en se démenant dans sa carrière pour lui offrir une belle vie – tandis que l’autre se lamente à la maison, se sentant délaissé-e. Bon, l’exemple est un peu bateau, et pourtant…
Si le verbe est incontournable dans le premier profil qui privilégie les paroles valorisantes et encourageantes, les conversations en tête à tête où chacun des deux partenaires peut s’exprimer et être écouté pleinement, dans un partage intime et authentique, font largement partie de ces moments de qualité qu’apprécient les partenaires pour qui profiter ensemble est au cœur de la relation. Pour ceux-là, c’est donner son intérêt et sa pleine attention à l’autre dans ces moments privilégiés, qui veut dire « je t’aime ».
Les moments de qualité ne se limitent pas à se regarder dans le blanc des yeux, fort heureusement. Ils prennent souvent aussi la forme d’activités, de découvertes, d’expériences et de projets que l’on mène ensemble, à deux et avec d’autres.

« Les cadeaux »
Ah, les cadeaux, voilà du tangible ! A ma connaissance, on est rares à y être totalement insensibles. Au delà de plaisir que l’on retire directement de ce qu’il contient, ce qui est merveilleux avec les cadeaux, c’est qu’au minimum on est certain que l’un des deux éprouve un grand plaisir. Qu’il est adorable de voir la personne qui offre un cadeau, lorsqu’elle aime offrir et que ce langage de l’amour lui est manifestement familier, se gondoler de plaisir en tendant les mains et en ouvrant grands les yeux pour participer avec vous à la découverte de votre cadeau. Plus encore que la valeur « marchande » du cadeau, ceux qui sont sensibles à ce langage de l’amour, seront touchés du temps et de l’énergie investis pour confectionner ce cadeau, pour le dénicher, pour en avoir peaufiné l’idée. Ceux là penseront, merci de penser à moi, d’anticiper de la sorte, de me chérir. Pourtant, seuls, les cadeaux ne suffiront pas…

« Les services rendus »
Pour certains, ce sont les services rendus qui témoignent de l’affection qu’ils vous portent : ils vont donner de leur temps et de leur sueur, afin de vous faire savoir qu’ils vous aiment. C’est leur façon à eux de vous gâter, que de vous rendre la vie plus douce, plus facile ou confortable. Corvéables, ils apprécient de vous aider, de se sentir utiles et soutenants. Ils peuvent déployer beaucoup d’efforts d’organisation et d’énergie pour le faire bien.

 

« Le toucher physique »
Le toucher est aussi un puissant vecteur de communication du sentiment d’amour. L’étreinte des mains, les baisers, les hugs, les relations sexuelles sont aussi des façons de dire « je t’aime ». Là, il me semble que vous direz directement « Ah, ça, c’est moi », ou « Les câlins, pas trop pour moi.. » De fait, on est « plutôt câlins », tactile, ou on ne l’est pas. C’est vrai à la base, mais encore une fois, ça peut évoluer. Si les touchers amoureux sont très présents dans les phénomènes de coup de foudre et nombreux dans la phase de fusion par laquelle passent beaucoup de relations naissantes, les partenaires dans leur nature profonde, peuvent être différents. Très sensibles ou beaucoup moins réceptifs à ce style de communication. C’est délicat. Deux touche-touche ensemble ça se mettra bien, mais si sur ce point on est différents, ça pourrait ne pas être facile à gérer, souffrant pour l’un, crispant pour l’autre… Je parierais pourtant qu’au moyen d’une conversation ouverte à ce sujet, deux personnes qui s’aiment devraient pouvoir trouver une multitude de compromis entre le besoin d’espace, d’autonomie de l’un et celui d’intimité, de proximité, de l’autre, mais aussi voir qu’ils peuvent également remplir leur réservoir mutuel et se rencontrer sur d’autres terrains.

Quel est, quels sont, votre ou vos façons à vous, de dire que vous aimez quelqu’un ? Avez-vous reconnu l’amoureux-euse que vous êtes, dans ces différents styles pour vous exprimer ? Avez-vous reconnu de l’amour dans le geste ou le comportement d’un partenaire, là où vous n’étiez pas certain-e qu’il y en avait ? Avez-vous l’inspiration de tenter des voies nouvelles, d’expérimenter d’autres langages ?

J’espère vous avoir donné envie d’en savoir plus, en écoutant ce passionnant livre audio de Gary Chapman :

 

Last but not least… Certains ne me reconnaîtraient pas si j’omettais de vous dire, qu’en vertu du principe du monde miroir, mieux et plus nous nous témoignons d’amour, à nous même, par des actes et des gestes pour dire « Je m’aime », mieux l’Univers nous le rendra. Que chacun-e raffine sans cesse, tout le long de sa vie, sa capacité à s’aimer lui-même ou elle-même. C’est le b.a.ba et c’est tout le bien que vous ferez au Tout, sacrés aventuriers de l’Amour, qui vous sera rendu par les lois qui régissent ce monde ! C’est donc à chacun et chacune de vous, que vous soyez en relation ou célibataire, que je souhaite un happy Valentine day, un très heureux jour de l’amour.

Vous parler d’amour, c’est encore vous parler de Transurfing
Les notions de FRAILE et de FRAILING du modèle de Vadim Zeland ne parlent que de ça au fond, de se connecter et d’interagir avec les autres, depuis l’instance supérieure en soi, l’OBSERVATEUR, qui voit, perçoit, réfléchit et comprend la vie d’une façon élargie, bénéficiant dans sa posture d’une vision globale des choses. « Aligné » de la sorte, nous relationnons avec les autres en pleine responsabilité/conscience, capable d’une vision globale des choses, d’apporter de la nuance, de relativiser, mais aussi d’assertivité (l’expression d’une affirmation « tranquille » de soi), d’humour, de créativité, de sérénité, de compassion, et, extrêmement précieux, d’être guidé par notre intuition. Les interactions humaines se vivent – de part et d’autre, puisque le monde est miroir – avec fluidité.
Plus nous avons conscience de ce dont l’autre a besoin d’être nourri, et que nous lui donnons ce dont il a besoin, plus nous serons à même de remplir son réservoir. Se sentant bien, il lui sera naturel de contribuer à remplir le nôtre, et même d’oser expérimenter peut-être des façons nouvelles de le faire, avec lesquelles nous sommes plus familiers.

« Renoncez à votre intention d’obtenir, remplacez-la par l’intention de donner, et vous recevrez ce à quoi vous avez renoncé. » Vadim Zeland

Allez les co-créateurs quantiques, faites bosser votre Observateur et Cupidon n’a qu’à bien se tenir !

Merci de m’avoir lue. Vous avez aimé cet article, merci de bien vouloir prendre un instant pour le partager et de Participer à faire vivre ce blog, en partageant votre commentaire en bas de page.

Votre dévouée, aimante, aimée,

Tati Clara

Un incident technique m’a récemment fait perdre quelques-unes de vos adresses mail. Merci de vous inscrire ou de vérifier si vous l’êtes bien toujours, pour être tenu au courant en priorité de mes parutions et propositions d’activités.
LOVING YOU, FOLKS !

2 réflexions sur « Manifester l’amour, chacun son style ! »

  1. Fabienne Ramirez-Flores

    Magnifique texte Tati Clara :) Je reconnais bien les différentes façons d’aimer, et recevoir l’amour.
    Nous sommes tous différents, et, composer l’amour est un chemin, comme toute composition prend du temps. Rester dans l’amour s’entretien, rien n’est acquit à vie. De belles pistes de réflexion pour tout un chacun. Vous écouter est un pur bonheur … Merci. Fabienne R.

    Répondre
    1. Claire van Gheluwe Auteur de l’article

      Merci chère Fabienne pour ce commentaire enthousiaste, j’aime beaucoup cette idée d’une composition ! belle journée à vous, à bientôt ;)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.