Archives par étiquette : formation

Acrostiche – Les 11 « commandements » de Transurfing

Si beaucoup de lecteurs comprennent aisément et s’enthousiasment des principes du modèle quantique de réalisation individuelle TRANSURFING tel qu’il a été écrit, pour certains autres, la pensée et/ou le style de Vadim Zeland sont moins évidents à appréhender. Ils ne sont en rien « nuls » pour autant, il s’agit probablement pour ceux-là d’autres chemins d’accès au choses (voir intelligences multiples). Dans mon actuel métier de coach individuel et d’animatrice de groupes d’intégration et de pratique Transurfing, la capacité à formuler autrement et reformuler encore pour offrir de multiples voies d’entrée, est un de mes atouts. Cela à la fois m’amuse et comble mes exigences de pédagogue : que chacun-e, que toutes les individualités qui forment un groupe – peu importe les profils d’apprentissage en présence – puissent être «rencontrées ». 

Il y a peu, j’ai reçu un mail d’une personne qui me disait avoir des difficultés à lire l’oeuvre de Vadim Zeland, et me demandait s’il n’existait rien qui puisse s’apparenter à un « Transurfing pour les nuls ». Ce n’est pas la première fois.

C’est dans cet esprit de challenge – ce n’est certes pas un exercice si facile qu’il y parait, que celui de rendre simple et accessible quelque chose qui est complexe, sans en diminuer pour autant la puissance ou en perdre la finesse – que je me suis amusée à écrire à votre attention, avec les lettres qui forment le mot TRANSURFING, un acrostiche de ses 11 commandements.

Dans la mesure où Transurfing est un modèle comportemental, la question revient donc à : 

S’il n’y en avaient que 11, quelles seraient les façons prioritaires de se comporter pour avancer vers plus de maîtrise dans la création de sa réalité, tel que nous l’enseigne Transurfing ? On y va !

Continuer la lecture

Université d’automne Transurfing octobre 2020 : Être le Changement – Présentation détaillée

Un été indien pour se faire du bien ? Ben, tiens !

Le 11 octobre prochain, dans le sud de la France, l’université Transurfing ouvrira ses portes pour la 7ème fois. Cet article a pour but de vous présenter cette édition automne 2020, spéciale à plus d’un titre.

>> ICI le flyer avec toutes les informations utiles

ICI l’audio de l’article (18 min d’écoute) :

 

Une fois n’est pas coutume, le résidentiel intensif Transurfing se fera à l’automne – et j’aime à le dire, puisqu’on peut l’imaginer sous un ciel clément et la lumière encore intense du sud de la France – à l’été indien.


Obligés par la crise du Covid19 à reculer pour mieux sauter, nous avons postposé le résidentiel d’intégration et de pratique annuel du Centre Transurfing Francophone, organisé habituellement l’été. Et en avons profité pour orienter son thème vers des questions et des besoins essentiels, que posent la période mouvementée vécue au niveau collectif. Cet article a pour but de vous présenter plus en détails ce stage unique.

Comment être le changement ?

Puisque le monde est mon miroir, comment l’incarner ? Comment inviter notre corps à participer à cette danse, dans cette mouvance, afin que se manifeste sans attendre au niveau individuel ce que nous souhaitons voir intégrer le corps collectif du monde ?

Après le confinement – malgré les apparences, ce n’était pas des vacances… ! -, bon nombre d’entre nous au moment de reprendre, ont du pain sur la planche et n’auront probablement pas l’occasion de vivre un été habituel. Beaucoup disent « Rien ne sera plus comme avant. » En quoi cela sera, pour vous, différent ? 

Faire l’expérience d’un séjour vitaminé de développement de soi, de retour à soi à la fin de ce drôle d’été, avant de repartir pour un tour, ressourcé-e, dynamisé-e, inspiré-e – c’est ce que nous vous proposons de vivre au sein d’un groupe riche et bienveillant, du 11 au 21 octobre prochains, en France, dans la région de Nîmes.

Il est temps de danser !

Le choix de mettre pour cette 7ème édition le focus sur le corps, la danse et l’énergie en mouvement, dans ce sens, répond aussi à une seconde exigence : c’est qu’en cette expérience inédite que nous avons tous vécue – ze crise of ze covid19 -, nous en avons (eu) du stress à évacuer, des émotions à libérer, des mémoires à dépasser, des visions à réactualiser, des défis à relever et des forces neuves à mobiliser !

 

Ainsi, l’université d’automne Transurfing 2020 qui met la danse, le mouvement et le bien-être du corps, en support et résonance avec le travail d’intégration et de pratique des principes du modèle quantique de réalisation individuelle de Vadim Zeland, est avant tout un séjour hollistique pour se faire du bien, pour faire « tripes neuves », laisser l’âme exulter et nous inspirer, activer en soi de nouvelles lignes de force et installer le leadership d’un Observateur solide, avant de retourner dans le monde y participer de façon plus dynamique, alignée, légère et juste pour soi.

Ateliers transversaux et approches croisées

Il reste étonnant et merveilleux pour moi de voir à quel point la connaissance et la pratique d’autres approches, techniques et courants philosophiques, spirituels ou de développement de soi – et pas forcément les plus récents -, peuvent énormément faciliter la pratique de Transurfing. Les liens essentiels qu’on établit entre eux et Transurfing révèlent de nouvelles portes : c’est la magie de la transversalité. A l’université Transurfing – j’aime l’appeler notre laboratoire quantique – nous sommes friands de vous faire partager de nouvelles expériences. Les ateliers par approches croisées vous donnent des voies d’accès différentes, et sont l’occasion, pour les animateurs en formation continue, de vous faire profiter de leurs découvertes. Au programme, des vagues en musique et des propositions inspirées (tango, bio-danse, danse des 5 rythmes et autres… surprise!)

D’un point de vue pédagogique pur, il est évident que ce dispositif répond plus adéquatement à la réalité multi-profil de l’intelligence humaine. Les chemins d’apprentissage de chacun sont différents.

L’université Transurfing, on peut y revenir

Il n’est pas rare – et je m’en réjouis toujours – de voir des stagiaires revenir au résidentiel. Comme je les comprends : si l’esprit reste le même, le programme, le lieu, la thématique et les animateurs sont différents pour chaque édition. Ainsi qu’eux-mêmes. Venir ou revenir participer à un résidentiel Transurfing, au delà d’approfondir sa pratique, c’est aussi faire le plein d’humanité. On y rencontre de nouvelles et bien belles personnes, dont les compétences réunies mériteraient parfois à elles seules un sommet d’experts ! Engagés dans leur développement et ayant souvent accompli déjà un beau chemin, les groupes sont riches en ressources et généreux en partages. Ainsi, par les vécus forts, expérimentés ensemble, un maillage précieux se tisse, le réseau se renforce, qui nous portent tous deux et nous co-responsabilisent toujours davantage.

Parfois aussi, il y a un ou deux Observateurs. Ayant déjà accompli les quatre modules de base, ils reviennent participer à un groupe, dans le cadre de leur parcours de certification Transurfing.

A chaque édition, son écrin  – Une recherche inspirée, pas à pas

La recherche de notre lieu de résidence est toujours la première étape concrète de la préparation d’une édition. Cadrée par les nombreux paramètres et exigences liés aux conditions optimales dans lesquelles s’inscrit ce stage unique, ma recherche est aussi guidée par mes envies. Bien tiens ! Même si cela me demande du travail, année après année je fais l’expérience concrète d’être guidée durant cette recherche. Une petite fée confortablement installée sur mon épaule, je pars toujours de rien, avec Google qui me fait visiter des sites superbes, des environnements de rêve, des demeures et leurs jardins enchanteurs à en donner le tournis. C’est la 1ère étape, j’explore. S’ensuit un mail concentré, à une vingtaine d’adresses. C’est la 2ème étape, celle d’une présélection. Et j’attends. Toutes les réponses n’arrivent pas en même temps, je les étudie toutes et pousse plus avant mes recherches sur les deux ou trois lieux disponibles qui sont en résonance, ce que Clochette sur mon épaule me fait savoir avec clarté.