– Transurfing, l’intention : Vouloir versus Désirer/Souhaiter/Espérer

On nous dit qu’il « suffit » de poser l’intention et que l’Univers s’occupe du reste. Il y doit y avoir quelque subtilités dans cette formule, Tati Clara !?

« On » comprend bien que parfois, ce sont des intentions inconscientes qui sont à l’oeuvre, lorsque notre réalité n’est manifestement pas du tout ce que nous nous nous attendions à ce qu’elle soit, mais que dire de ces thématiques pour lesquelles bien que nous nous soyons consciemment appliqués à être intentionnel, le résultat, une fois encore nous déçoit. Quelle déconfiture parfois!

C’est qu’il s’agit on va le voir, de vouloir oui, mais point trop! Et surtout de ne pas désirer, ou pire encore, espérer.

Voilà la délicate posture à affiner pour que notre intention, notre attention, nos pensées, nos gestes et comportements s’alignent comme par magie sur la réalité voulue. Nous émettons alors dans l’Univers une vibration/fréquence unifiée correspondant à ce que nous voulons vivre,    il lui est alors irrésistible à l’Univers de nous attirer sur la ligne de vie correspondante.

Si c’est un jeu d’enfant pour certains prodiges – force nous est de constater que c’est après souvent bien des essais/erreurs que nous apprenons le mieux ; car en soi, c’est la vie même – l’expérience de la vie – qui est la solution à la vie.

Développer nos capacités à piloter notre réalité, se fait par un travail intérieur qui permet un fin réglage de notre vibration, au diapason de l’objet/réalité souhaitée qui se reflètera ensuite dans le manifesté, toujours avec un certain effet retard. Détaillons ce que nous impulsons d’ordinaire dans nos demandes, afin de clarifier ce qu’est ce fin « tuning » dont la réalité créée dépend.

Les mots sont trompeurs

Dans la littérature abondante autour de la Loi d’Attraction, on nous dit souvent que « la commande » que nous faisons à l’Univers doit s’assortir d’un « ardent désir » pour que quelque chose advienne dans la réalité. Or, attention, selon les principes de Transurfing, un ardent désir aurait plutôt pour conséquence de nous éloigner de ce que nous voulons. Ardent, ça brûle, c’est rouge et ça sent l’importance à plein nez ! Vous pensiez y être en ayant cet ardent désir, et en vérité, dans ce cas, ce que vous voulez, vous le voulez trop fort : il y a donc importance sur le but, dans la mesure où précisément, c’est ardent. Mais avant cela, le problème est de désirer. Que signifie désirer ?

Du latin desiderare étymologiquement c’est « regretter l’absence de quelqu’un ou quelque chose », dérivé de sidus, sideris « constellation, étoile » : Dans la langue des augures ou des marins, constater l’absence d’un astre signifiait déception, regret, au contraire de considerare, constater sa présence et par extension « considérer, examiner attentivement ».

Désirer, dans sons sens premier, c’est vouloir posséder un bien ou un avantage qu’on n’a pas. Résultat : vous doublez l’importance sur le but (dont la nature même est déjà de vous éloigner de ce que vous désirer trop fort) de l’effet du désir qui implique en soi l’idée que vous manquez de ce que vous voulez… 

Votre vibration alors fera en sorte que vous serez attiré par l’Univers sur une ligne de vie où vous aurez tout loisir d’expérimenter encore plus…. de ce dont vous manquez ! Des situations vous attendent dans ce cas, qui vous donneront plus d’opportunités de désirer, sans pour autant jamais l’avoir…. Jusqu’à ce que vous vous réveilliez. Voilà où peut nous mener une mal-compréhension de l’ardent désir, beaucoup d’entre nous en ont fait l’expérience.

Souhaiter et espérer, comme vous vous en doutez, ne sont pas plus appropriés. Dans la mesure où leur énergie implique non seulement la notion de manque et d’incertitude, souhaiter et espérer portent aussi en eux l’idée que vous n’avez aucun impact sur une réalité qui se déroberait totalement à tout contrôle et se déroulerait en dehors de vous, vous projetant dans une posture de demandeur, d’offensé ou de guerrier.

Vadim Zeland est très clair à ce sujet : ne pas désirer, ne pas souhaiter, ne pas espérer, mais choisir et vouloir. Alors oui, tout commence avec un désir. C’est l’impulsion, le message de l’âme. Mais pour réaliser le désir, il faudra transformer l’énergie du désir, choisir et vouloir, de façon tranquille mais néanmoins déterminée.

Le contraire de désirer, selon la définition plus haut, c’est considérer dans le sens de constater la présence de quelque chose. Voilà bien ce que fait l’Observateur en nous, lorsque nous sommes alignés sur notre but, en cohérence à tous les niveaux, considérant et constatant que la réalité que nous voulons vivre existe déjà quelque part dans l’espace des variantes et que nous allons de toute évidence pouvoir la rejoindre. Même si je ne sais pas comment.

Vouloir, selon le wiki dictionnaire, c’est avoir l’intention, la volonté de faire quelque chose, de s’y déterminer.

Ah voilà, une énergie plus porteuse ! Quelle différence me direz-vous ? Elle est énorme. C’est qu’il y a dans la volonté quelque chose de déterminé. Mais à quoi s’applique cette détermination ? Selon Transurfing, l’intention a une composante interne, qui se manifeste de façon volitive en se concrétisant dans l’action. C’est la détermination à agir. La seconde composante, c’est l’intention externe, que l’on peut résumer, du point de vue des créateurs que nous sommes, comme la détermination à recevoir/obtenir, sans laquelle peu de choses se produisent.

Ce n’est pas à nos actions que la réalité répond, comme notre Esprit pourrait en entretenir l’illusion, c’est à la croisée des chemins entre une action et une attention focalisée sur notre but d’un part, et sur une certitude sans faille que la réalité souhaitée adviendra. On ne sait pas bien comment on va y arriver, mais la foi intérieure est là, soutenue par de fréquentes et régulières projection mentales et visualisations créatrices, qui génèrent le ressenti correspondant. C’est la conjonction de ces deux aspects qui déclenche l’Intention Externe pouvant produire… tout ! Dont des miracles.

Ainsi, toute forme de doute, d’hésitation, de pensées négatives de peur, de culpabilité ou d’appréhension par rapport à une de vos aspirations, sera de nature à vous débarquer et aura pour effet d’annuler/remplacer ou simplement de retarder la réalisation de votre but.

La justice Divine

Si la donne de départ n’est évidemment pas la même pour tous, loin s’en faut, nous avons tous reçu en nous — de droit Divin – la force créatrice de Dieu. Ce qui en nous crée, c’est Dieu (ou l’Univers, la vie, etc… et peu importe comment vous l’appelez vous).

Il n’y a donc rien à faire pour apprendre à créer. Tout comme le soleil brille partout et sur toutes les régions, certains pays sont pourtant plongés dans la brume, parfois des semaines durant… Comment transformer les nuages ?

Comment dissoudre en nous ces peurs qui inhibent notre action et limitent nos rêves, cette culpabilité qui nous punit insidieusement en nous faisant croire que nous ne méritons peut-être pas. Comment cadrer notre Esprit dont les stratégies sont prévisibles et si peu créatives, lui qui est un vrai Saint-Thomas et que la conformité rassure au delà de l’inconfort !? Comment assumer puissamment ce qui nous revient de droit Divin et correspond au plus beau cadeau qui soit ? N’est-ce pas précisément là que Dieu nous donne les moyens concrets de notre libre arbitre ? Notre âme, elle, veut du nouveau, vraiment. Et c’est un fait qu’elle peut finir par s’étioler à force de lui faire revivre sans cesse les mêmes situations étroites, alors qu’elle aspire à faire de nouvelles expériences.

Là commence le travail avec Transurfing, auquel nous vous invitons dans les groupes d’intégration et de pratique. Le prochain trajet que j’animerai sera à Paris dans le Xème, à partir des 11 et 12 mai prochains. A ce jour, il reste de la place dans ce groupe. Pour vous ?

>> ICI toutes les informations

Merci de m’avoir lue. 

Depuis la terrasse ensoleillée qui borde une mer de fleurs de muscaris et de jacinthes sauvages, j’aspire cette énergie de renouveau à plein coeur et vous la dépêche avec joie.

Votre vivante,

Tati Clara

P.S : Amis parisiens, je vous retrouve ce vendredi 19 avril de 18h45 à 20h30 pour une conférence interactive Transurfing, dans le Xème

Affiche-conférence-Paris-19-avril

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.