– Guérir et Transurfer / Transurfer et gai rire

Pour co-créer consciemment et délibérément sa réalité, croyez-vous qu’il y ait quelque chose à guérir en soi avant de pouvoir transurfer pleinement, ou peut-on s’autoproclamer/se sentir guéri(e) et sans entrave, et basculer sans transition dans la promesse quantique du tout est possible ? Big question… à votre avis !? La plupart du temps la réponse à cette question n’est pas tranchée.

Voyons comment s’articule la thématique de la guérison  de l’Université d’été Transurfing 2017 et découvrons les 7 (peut-être 8) experts intervenants et le programme de cette édition spéciale en pays Cathare. C’est du 13 au 23 août à Luc-Sur-Aude au superbe Domaine de Castillou, réservé en exclusivité pour nous !

>> ICI Université d’été 2017 Informations-générales

>> ICI Le Domaine de Castillou – Un lieu exceptionnel

>> ICI Université d’été 2017 Intervenants & Programme

Un pied dans le mouvement du développement personnel, qui suppose de devoir guérir de toutes sortes de blessures et contraintes d’enfance, reconnues comme causes de nos déconfitures et blocages présents, et de désapprendre petit à petit ce qu’on a mis tant de temps et d’énergie à nous inculquer – ET un pied dans l’ère quantique de la pleine responsabilité et de la conscience, du tout est possible, de l’ici et maintenant et du tout est déjà là et nous parfait comme ça, nous voilà grands adultes en position parfois inconfortable de grand écart : encore dans le causal et empêchés de co-créer notre réalité telle que nous la voudrions, libre du passé, nous traînons parfois dans des processus guérisseurs sans fin, tout en voulant bien croire ou espérant en même temps, que par un coup de baguette quantique il se pourrait tout à fait bien que… tout change ! Paradoxal. Adeptes désormais du ET en défaveur du OU, nous avons gardé l’idée du développement personnel en tant que chemin (incluant une idée de durée/longueur) tout en explorant déjà les séduisants paradigmes quantiques qui justement nous en libèrent et nous placent en temps réel et plus à égalité, devant la co-création de nos destins respectifs.

S’il est selon Transurfing théoriquement vrai que rien ne nous soit impossible et qu’il n’est pas dit que le passé aurait le pouvoir de nous bloquer dès lors que nous trouvons les moyens d’être et d’agir au départ de qui nous sommes vraiment aujourd’hui en conscience et responsabilité, il est tout aussi réel, de par mon expérience et la croyance toujours très partagée qui renforce cette réalité, que la plupart d’entre nous avons apparemment encore des choses du passé à guérir.

Soit, puisque nous souffrons – et ça c’est bien réel ! – nous continuerons donc à opérer dans ces deux systèmes de pensée, d’ici à ce qu’une génération futur aborde la réalité – peut-être d’entrée de jeu – selon le paradigme assumé du ‘tout est possible’ et du non déterminisme/fatalisme auquel nous invite Transurfing : tout existe déjà, vous êtes relié à ce champ des possibles dans lequel vous choisissez de manifester des variantes selon votre disposition intérieure ; si vous n’aimez pas la réalité que vous avez co-créée c’est simple, choisissez-en une autre !

A l’université d’été, ce sont ces deux niveaux que nous proposons d’explorer pour cette édition 2017 spéciale guérison : des expériences, des outils, des pratiques guérisseuses et libératrices pendant que se travaille et se renforce en parallèle une perception quantique de la réalité et de la nature des choses, plus large, subtile, totalement interactive – celle de l’Observateur. Guérir ce qui entrave à l’intérieur, dans le sens de libérer et de faire circuler des énergies bloquées dans le « corps de souffrance »  oui, mais le faire tout en nourrissant ce qui élève le point de vue et permet d’asseoir l’Observateur aux commandes pour la suite de l’aventure. Guérir pour naître à un autre regard sur soi, sur les autres et sur le Monde.

Vadim Zeland, si vous l’avez remarqué, ne parle pas directement de guérison, ou si peu. Il a déposé son fabuleux modèle, tout bien expliqué (5 tomes et la suite..), mais nulle part il n’est dit explicitement qu’avant de pouvoir transurfer consciemment il faille faire des années de développement personnel intensif ou s’allonger sur le divan d’un psy. Tout au contraire et il valide le pouvoir potentiel de processus guérisseurs/protecteur plus immédiats par le simple pouvoir qu’on leur reconnaît. Ce dont il nous parle beaucoup c’est de nos importances et de la nécessité absolue de les faire baisser (neutraliser les polarités), de s’en détacher, les reconnaissant comme émanant de notre part conditionnée, au départ de laquelle les réalités que nous créons ne sont qu’un reflet du passé et la création de l’esprit/mental/ego et non celle de l’Observateur, mais il ne dit pas quoi faire pour les cas désespérés – la plupart d’entre nous – qui n’arrivent pas à lui passer la main. Ceux-là sont si nombreux qui ont pris conscience des mécanismes les menant à co-créer des réalités décevantes (et répétitives) loin de nourrir les aspirations de leur âme mais qui n’arrivent pas à en sortir ni à produire autre chose. Je comprends aujourd’hui que si, en effet, au fond d’eux-mêmes reste active la croyance qu’ils doivent guérir (et pour certains qu’un processus guérisseur prend forcément du temps et nécessite de l’énergie et de l’investissement), cela se révèle vrai selon le principe premier selon lequel c’est la croyance qui crée la réalité (en orientant les perceptions, les pensées, les émotions, et les décisions et actions qui s’ensuivent).

Ok si on vivait 500 ans on pourrait tout à loisir méditer d’avantage sur le pourquoi du comment, mais le temps presse… Héritiers de blessures que nous croyons et disons  avoir à panser – de blessures qui font vraiment mal – mais auxquelles nous sommes par ailleurs attachés parce que nous les utilisons souvent comme excuse pour justifier notre vie présente (d’autant plus si elle ne nous satisfait qu’à moitié), nous voulons ardemment exploiter nos légitimes aspirations à tenir les rênes et investir notre pouvoir de co-créer des réalités qui feront de notre vie une célébration. Être libre, déterminé, joyeux, intentionnel et dédouané d’un passé assumé sur lequel on jetterait un regard, tendre au maximum, on en rêve ! C’est à ce titre que Transurfing nous attire, nous y reconnaissons des moyens de compréhension, d’évolution, d’expansion de notre conscience, de nos perceptions et surtout, de la libre expression de notre être.

A l’Université d’été Transurfing, véritable laboratoire à résidence de bien-être, de développement personnel et de réalisation quantique, tout est mis en œuvre pour vous permettre de guérir ce qui vous limite et de basculer dans une perception expansée de la réalité, vous octroyant par là même sur elle un pouvoir immense et jouissif, celui même de la créer en correspondance avec qui vous êtes, unique et exceptionnel. Si sur ce chemin il y a des bobos à soigner, des tensions, des parts blessées à rencontrer, à consoler, de vieilles plaies qui suintent encore et empêchent d’avancer, des énergies à remettre en circulation, des croyances limitantes qui forcent les comportements, des mémoires à nettoyer/actualiser,… (une mémoire saine est évolutive d’après Cyrulnik) nous sommes équipés pour et sommes très heureux de pouvoir vous transmettre notre expérience et de quoi expérimenter vous-même et garnir votre petite pharmacie personnelle en termes de possibilité de guérison émotionnelle, relationnelle, énergétique, informationnelle, vibratoire, cellulaire, corporelle, spirituelle, symbolique, quantique… et surtout magique. La magie c’est aussi l’âme agit. Transurfing nous montre comment.

Alors guérir et Transurfer ou Transurfer et gai rire ? A l’université d’été on s’offre les deux ! et cela participe de la dynamique pédagogique pluridisciplinaire et transversale mise en place afin de booster l’intégration. Et le corps ne sera pas en reste ! Vadim Zeland préconise aussi d’agir directement sur le corps lorsque le stress l’a gagné à sa cause, et nous enseigne comment s’exercer à « capter » plus d’énergie vitale, dont se nourrit l’intention. Attendez-vous donc à ce que les choses bougent bien, en vous, et à l’extérieur de vous, par reflet.

Au plaisir de répondre à vos questions et de vous accompagner peut-être dans cette grande aventure pour laquelle il reste encore quelques places à ce jour.

Au nom de toute l’équipe de l’Université d’été Transurfing, je vous dis à très bientôt !

votre estivale,

Tati Clara

ps : bigre, voilà que mon importance d’alignement est mise à rude épreuve avec ce wordpress dont a disparu la commande « justifier »…. 48h plus tard voilà qui est résolu par shift/alt/j merci Olivier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.